C’est une "déclaration de guerre" affirme le gouvernement irakien

Ecrit par Hakan, 2017-10-15 21:37:02


Le gouvernement irakien a considéré dimanche comme une "déclaration de guerre" la présence de combattant du PKK, dans la province disputée de Kirkouk où l’armée entend reprendre aux peshmergas des secteurs perdus il y a trois ans.

Le Conseil de la sécurité nationale, plus haute instance de la Défense en Irak, présidée par le Premier ministre Haider al-Abadi, a dit dans un communiqué considérer comme "une escalade dangereuse" et "une déclaration de guerre" la présence de combattants n’appartenant pas aux forces de sécurité régulières à Kirkouk, citant notamment des hommes du PKK, considéré comme terroriste par la Turquie, l’Union Européenne et les Etats-Unis. Il est "impossible de rester silencieux" face à "une déclaration de guerre envers les Irakiens et les forces gouvernementales", ajoute le communiqué du conseil.

"Le gouvernement central et les forces régulières vont accomplir leur devoir de défendre le peuple irakien dans toutes ses composantes dont les Kurdes, et de défendre la souveraineté et l’unité de l’Irak", poursuit le texte.

Des responsables kurdes irakiens ont démenti dimanche la présence à Kirkouk des terroristes du PKK mais l’un d’eux a reconnu qu’il y avait des terroristes de cette formation. "Il n ’y a pas de forces du PKK à Kirkouk mais il y a certains volontaires qui sympathisent avec le PKK", a affirmé à l’Agence France Presse le secrétaire general du ministère des peshmergas, le général Jabar Yawer.

Délai expiré pour les peshmergas

Cette déclaration intervient à quelques heures de l’expiration d’un nouveau délai donné aux peshmergas pour se retirer de zones dans la riche province pétrolière de Kirkouk, dont ils avaient pris le contrôle dans la foulée du chaos créé par la fulgurante percée jihadiste de 2014. Une nouvelle tentative de dialogue semble avoir échoué dimanche, les dirigeants kurdes ignorant l’appel de Bagdad à retirer leurs troupes et à annuler le référendum d’indépendance comme conditions à des négociations.

Sur le terrain, des renforts des troupes irakiennes continuaient d’arriver dimanche dans le sud de la province de Kirkouk, où se trouve les ressources pétrolières, désormais quadrillée par les chars, les blindés et l’artillerie, selon un photographe de l’Agence France Presse.

Source : avec LePoint

Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2007-2013 | Mentions l�gales |