« Repenser la relation Turquie – France – Union européenne dans un monde en mouvements »

Ecrit par Hakan, 2017-10-26 22:45:44


A l’occasion de son 8ème séminaire Annuel, qui s’est tenu les 18 et 19 octobre derniers à Istanbul et qui fut organisé en collaboration avec le Conseil Supérieur de la Formation et de la Recherche Stratégique (CSFRS) et Turkey : Culture of Change Initiative, l’Institut du Bosphore a accueilli autour de la table hexagonale plus d’une centaine de personnalités politiques, intellectuels et chefs d’entreprises français, allemands et turcs pour débattre sur le thème : « Repenser la relation Turquie-France-Union Européenne dans un monde en mouvements ».

Le dîner de gala du Séminaire s’est tenu au Palais de France à Istanbul sous les auspices de de S.E. Charles Fries, Ambassadeur de France en Turquie, avec la participation de Mehmet Şimşek, Vice-Premier Ministre de Turquie et d’Erol Bilecik, Président de TÜSİAD.

Le Séminaire a été inauguré par les Co-présidentes du Comité Scientifique de l’Institut du Bosphore Ümit Boyner, Membre du Conseil d’Administration de Boyner Group, Vice-Présidente du Haut Conseil Consultatif de la TÜSİAD, et Anne Lauvergeon, Présidente de la Commission « Innovation 2030 » (France), Bahadir Kaleağası, Président de l’Institut du Bosphore, Secrétaire général et Membre du Conseil d’administration, TÜSİAD ainsi que Selim Yenel, Ambassadeur, Sous-secrétaire, Ministère des Affaires européennes, Turquie.

Ce rendez-vous, dont l’expertise et la diversité des participants contribuent toujours aussi fortement à enrichir une réflexion autour du futur des relations turco-européennes et turco-françaises, s’est tenu cette année alors que l’Union européenne, la France et la Turquie se retrouvent à un moment charnière de leur histoire, à la fois respective et commune. Si la crise migratoire était au cœur des enjeux du dernier séminaire en mars 2016, les défis européens se sont multipliés depuis, avec en tête le Brexit mais aussi la montée du populisme, en passant par une série de victoires électorales inattendues à travers le continent. Dans un tel contexte, le rôle clé de l’Institut du Bosphore en tant que vecteur de réflexions et de regards croisés prend d’autant plus tout son sens.

Animées par Selin Nasi, Chroniqueuse de Hürriyet Daily News, Özgür Ünlühisarcıklı, Directeur du bureau de GMF (The German Marshall Fund of the United States) à Ankara et Didier Billion, Directeur adjoint de l’IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques), les trois tables rondes, respectivement intitulées, « Un nouvel ordre mondial : comment rebattre les cartes ? », « Une Union européenne en question : à quoi nous attendre ? » et « Une relation Europe – France – Turquie à repenser : quels objectifs se fixer au prisme de la lucidité ? » ont permis à la centaine de personnalités présente d’échanger et de débattre avec une franchise et une sincérité caractérisant les divers événements de l’Institut du Bosphore.

Les discussions se sont portées dans un premier temps sur les diverses mutations de l’ordre stratégique mondial, leurs conséquences pour l’équilibre des relations internationales, pour l’avenir de l’Europe mais aussi de la Turquie, avant de s’attarder sur les différents scénarii possibles pour une redéfinition de Union européenne, les multiples bénéfices d’un renforcement de l’axe franco-allemand, pour se conclure sur le rôle stratégique de la France, historique partenaire diplomatique de la Turquie depuis le 16ème siècle, dans l’impulsion d’un ancrage européen renforcé en Turquie. Un rapport, rédigé par Alain Delcamp, Secrétaire général honoraire du Sénat français, Vice-président de l’Association française des constitutionnalistes et Didier Billion, Directeur adjoint de l’IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques, intitulé « Les relations franco-turques au prisme de la lucidité : comment être plus efficace ? » a été dévoilé lors de la troisième session, introduisant ainsi le débat autour de la prochaine feuille de route pour la relation bilatérale.

L’importance cruciale de garder les négociations d’adhésion à l’UE ouvertes a également largement créé le consensus. Les intervenants ont tous souligné l’importance que revêtait la modernisation de l’union douanière dans ce contexte, représentant une opportunité concrète d’avancement pour laquelle chaque partie prenante en sortirait gagnante, créant ainsi de la richesse des deux côtés.

Tous se sont enfin accordés sur l’importance de nourrir la relation bilatérale avec des « quick-wins », notamment économiques, comme premiers leviers vers un objectif de renforcement à long-terme dépassant les seules relations transactionnelles et englobant un plus vaste nombre de secteurs, avec une certitude à la clé : dans un monde en proie à de profonds changements, où le temps s’accélère et les distances se rétrécissent, la Turquie et l’Union européenne ont plus que jamais besoin l’une de l’autre. Comme l’a rappelé l’une des intervenantes, il n’est plus temps de construire des murs, il est temps de construire des ponts, de passer de la parole à l’action et la France, en tant que moteur d’un renouvellement européen impulsé par la nouvelle présidence française, aura pleinement son rôle à jouer dans la redéfinition de la relation bilatérale.

Dans un monde faisant face à de multiples challenges, l’Institut du Bosphore, acteur clé du dialogue entre la Turquie, la France et l’Union Européenne, réaffirme son engagement à renforcer l’entente entre la Turquie et ses partenaires européens et cherche à renforcer leurs relations bilatérales à travers les nombreuses initiatives qui se tiendront dans les mois à venir.

Parmi les personnalités présentes au séminaire :

Jean-François Leguil-Bayart, Professeur, Anthropologie et Sociologie du Développement Titulaire de la Chaire Yves Oltramare « Religion et Politique dans le Monde Contemporain », Institut de Hautes-Etudes Internationales et du Développement (IHEID, Genève), Yves Bertoncini, Président, Mouvement Européen – France, Joachim Bitterlich, Ambassadeur (e.r), Professeur à l’ESCP Europe Paris Membre du Comité Scientifique, Institut du Bosphore, Bertrand Buchwalter, Consul général de France à Istanbul, Yavuz Canevi, Président du Conseil d’administration, TEB / BNP Paribas Membre du Comité Scientifique, Institut du Bosphore, Olivier Caron, Directeur général, CSFRS (Conseil Supérieur de la Formation et de la Recherche Stratégiques), Hélène Conway-Mouret, Sénatrice française, Ancienne ministre, Batu Çetin, Directeur pays, Société Général Turquie, Ünal Çeviköz, Ambassadeur (e.r), Chroniqueur, Hürriyet Daily News, Arban Çıtak, Directrice Général, Alstom Turquie, Raphael Esposito, Directeur Général, CCI France-Turquie, Massimo D’Eufemia, Chef de la Représentation, Banque européenne d’investissement – Turquie, Sebastien Groth, Directeur adjoint, unité de planification, Ministère des affaires étrangères, Allemagne, Xavier Guilmineau, Président de CCEF (Conseillers du Commerce extérieur français), Nedim Gürsel Ecrivain, Kadri Gürsel, Journaliste – Chroniquer politique, Cumhuriyet Membre du Conseil d’administration, IPI (Institut international de presse), Philippe Hochart, Directeur des projets, Département affaires européennes et internationales, ENGIE, Hans Kundnani, chargé de recherche transatlantique au sein du German Marshall Fund des Etats-Unis, Simone Kaslowski, Membre du Conseil d’administration et du Comité Scientifique, Institut du Bosphore Vice-Président du Conseil d’administration de la TÜSİAD Président de la Table ronde « Relations Mondiales et UE », TÜSİAD Président Directeur Général, Organik Kimya, Pierre Lellouche, Ancien Député, Ancien ministre, Membre du Comité Scientifique, Institut du Bosphore, Christine Lepage, Directrice « International », Medef, Denis Lohest, Directeur Général, Engie Turquie, Guillaume Lejeune, Directeur général, Axa Sigorta, Membre du Conseil d’administration de l’Institut du Bosphore, Franck Mereyde Directeur général adjoint, TAV Airport, Özlem Özüner, Directrice Générale, Euler Hermes Turquie et Membre du Conseil d’administration, Institut du Bosphore, Mithat Rende Ambassadeur (e.r), Membre indépendant du Conseil d’administration, Engie Turquie, Antoine de la Rochebrochard, Directeur Adjoint des Affaires Publiques, Affaires institutionnelles et Politiques, CMR Eurasie, Srikant Seshadri, Représentant Turquie, FMI (Fonds monétaire international)Günter Seufert, Chercheur senior, Fondation allemande pour la science et politique (SWP), Bertrand Saraux, Directeur général, Air Liquide Turquie, Groupe Renault, Calin-Ionut Ungur, Chef adjoint – Division Turquie, Service européen pour l’action extérieure (SEAE), Gabriel Munuera Vinals, Chef adjoint de la Délégation de l’Union européenne en Turquie, Muharrem Yılmaz, Président, SÜTAŞ Ancien Président, TÜSİAD Membre du Comité Scientifique, Institut du Bosphore

Le programme du Séminaire est disponible en ligne :

http://institut-bosphore.org/upload/event/765441508392649.pdf


INSTITUT DU BOSPHORE

Premier think-tank entièrement dédié à la relation bilatérale franco-turque, créé en 2009 à l’initiative de la TUSIAD (Association des industries et des entreprises de Turquie), l’Institut du Bosphore a pour vocation de renouveler et renforcer le dialogue entre la Turquie et ses partenaires européens.

www.institut-bosphore.org
Contact Media : Victoria Etter (victoria.etter@havas.com)
Contact Institut du Bosphore : (didem.bora@institut-bosphore.org)

Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2017 | Mentions l�gales |

Visiteurs connectés : 22