Municipales à Vienne, le candidat UMP, Thierry Kovacs endosse-t-il l’héritage communautariste hostile aux Franco-Turcs ?

Ecrit par Engin, 2014-03-13 08:00:00


Hier soir, mardi 11 mars 2014, j’ai participé à l’émission Politika sur l’antenne de Radio Made in Turkey, média turcophile basé à Lyon.

L’animateur, Özcan Bey, m’avait convié en seconde partie d’émission aux côtés du candidat PS, Jacques Thoizet qui brigue la mairie de Vienne (Isère) dans 2 semaines.

Interrogé, Jacques Thoizet a décliné les différentes propositions qu’il faisait pour la commune afin de rénover sa vie publique et y apporter de l’égalité, de la morale et de la transparence.

Pour visualiser l’intervention de Jacques Thoizet : cliquez ici.

Pour l’enregistrement audio : cliquez-ici

Jacques Thoizet a réussi à fédérer autour de sa candidature toutes les forces de gauche ainsi que des acteurs de la vie civile viennoise. Ainsi, sa liste se veut pleinement représentative de Vienne. D’ailleurs, cette commune est une terre traditionnellement de gauche qui a été dirigée par trente années de mandat par Louis Mermaz ancien député socialiste, sénateur, président de l’Assemblée nationale, plusieurs fois ministre sous François Mitterrand et maire historique de la ville de Vienne (1971-2001). Et en 2001, Jacques Remiller en prend le contrôle. Pourtant, en 2008, aux dernières municipales, Jacques Remiller n’a gagné qu’avec une courte avance de 82 voix d’écart. Autant dire que la course à la mairie de Vienne est très serrée.

CLIENTELISME ET COPINAGE

Jacques Thoizet qui fait campagne avec un local mobile, va à la rencontre des Viennois en bus de campagne. Il explique son slogan : « Une mairie pour tous » par « c’est une mairie qui n’exclut personne. Le copinage et le clientélisme sont une plaie pour tous ».
Le candidat PS accuse son adversaire de l’UMP, Thierry Kovacs, qui préside l’office HLM de Vienne, notamment d’attribuer des logements HLM par pur clientélisme et non pas sur des « critères objectifs et transparents ».

Lors de l’émission, des réactions d’auditeurs de Vienne ont confirmé des pratiques clientélistes malsaines en cours concernant l’attribution de logements HLM.

Jacques Thoizet martèle avec force que Thierry Kovacs fait de la « démagogie » à travers ses propositions, notamment celle de créer un parking souterrain au cœur de Vienne, « projet irréaliste chiffré par T.Kovacs à 5 millions d’euros alors que celui des Brotteaux à Lyon a coûté 19 millions d’euros ». Il reprend le mot de son colistier et ami, le député Erwann Binet qui avait accusé Thierry Kovacs de « mensonge ».

UN FAUX JUMELAGE

Concernant la Turquie, l’animateur de Politika a justement souligné qu’ en mai 2011, une convention de coopération décentralisée avait été signée par le maire sortant, Jacques Remiller, avec la ville de Emirdag dans la province de Afyonkarahisar notamment car la majorité des Viennois turcs sont originaires de ce district. Pourtant, le projet n’avance guère car Jacques Remiller n’a cessé de faire du communautarisme anti-turc notamment en défendant le projet de loi liberticide de Valérie Boyer que le Conseil constitutionnel a invalidé. Les Franco-Turcs de Vienne se sont sentis stigmatisés et un vent sibérien souffle du côté de la municipalité de Emirdag qui s’est sentie trompée en pensant que c’était un jumelage. Jacques Remiller a fait un déplacement à Emirdag en début d’année mais ses homologues d’Emirdag n’ont guère été convaincus par la démarche. Sur ce sujet, Jacques Thoizet a clairement fait valoir que s’il devenait le Premier magistrat de Vienne au lendemain des municipales, cette convention poudre aux yeux serait « transformée en véritable jumelage afin de contribuer sérieusement au dialogue et à l’amitié entre les peuples ».

CHARTE D’AMITIE AVEC UNE REPUBLIQUE PIRATE

Le maire sortant de Vienne, Jacques Remiller, est allé jusqu’à signer le 21 février dernier, donc il y a 2 semaines, une « charte d’amitié avec la ville d’Hadrout au Haut-Karabagh ».
Or, le Haut-Karabagh est un territoire azerbaïdjanais occupé depuis 1992 par l’armée arménienne qui s’est également emparée des 20% du territoire azerbaïdjanais. Cette invasion a engendré 30 000 morts et 1 million de réfugiés azéris. Ajoutons que 5 résolutions des Nations-Unies exigent le retrait « immédiat et inconditionnel » des forces arméniennes même si l’Arménie n’en a cure. De plus, l’action de Jacques Remiller de signer le 21 février, s’inscrit dans l’indécence et le cynisme absolu car la douleur est d’autant plus grande pour les Azerbaidjanais que quasiment jour pour jour il y a 22 ans, dans la nuit du 25 au 26 février 1992, la commune azerbaïdjanaise de Khodjali a été rayée de la carte par les militaires arméniens et 613 civils azerbaïdjanais y ont été massacrés.
Rappelons que toujours en février, mardi 26 février 2013, deux Franco-Azerbaidjanais, Mirvari Fataliyeva, et Vusal Huseynov ont été violemment agressés par une quarantaine d’extrémistes arméniens dans l’enceinte de l’Assemblée nationale.
Nous sommes donc totalement atterrés de lire que Jacques Remiller signe un accord avec une République auto-proclamée qu’aucun pays au monde ne reconnait, même pas l’Arménie. Notre pays, la France ne reconnait pas et pourtant le maire de Vienne, Jacques Remiller signe un accord avec cette république pirate.

Jacques Thoizet a indiqué que ces actions ne contribuaient pas à l’apaisement, et encore moins à la paix et que le conflit du Haut-Karabagh ne relevait pas de la compétence de Vienne.

DES ACTIONS ANTI-REPUBLICAINES A VIENNE

L’animateur a précisé avoir convié Thierry Kovacs à s’exprimer, sans obtenir de réponse positive. Malgré des appels en ligne réitérés, Thierry Kovacs n’a pas daigné intervenir. Ce silence du candidat Kovacs est tout à fait regrettable car il peut donner le sentiment que Thierry Kovacs endosse l’héritage communautariste anti-turc de son maire Jacques Remiller.

Ayant pris la parole, j’ai donné des informations suite à mes investigations journalistiques sur place. Ainsi, j’ai clairement relayé le témoignage de certains viennois d’origine turque à qui des émissaires ont proposé soit un emploi bien rémunéré à la municipalité de Vienne, soit un logement, soit des subventions, voire d’autres formes d’aide, en contrepartie de leur désengagement de la liste de Jacques Thoizet et leur ralliement à la liste adverse.

REMILLER PERD LA DEPUTATION GRACE AUX FRANCO-TURCS

Après que l’animateur Özcan Bey ait rappelé que durant l’été 2011, 4 députés français dont Jacques Rémiller, Valérie Boyer, Guy Tessier et Georges Colombier, -tous quatre membres de l’UMP-, avaient visité le Haut-Karabagh occupé pour manifester leur « solidarité avec l’Arménie » alors qu’aucun pays au monde, même pas l’Arménie ne reconnait ce territoire, j’ai expliqué que l’électorat turcophile de Vienne s’était mobilisé aux législatives de juin 2012 pour faire perdre son siège de député à Jacques Remiller. Depuis, Erwann Binet l’occupe.

LES FRANCO-TURCS NE DEMANDENT AUCUN PRIVILEGE

Jacques Thoizet a une nouvelle fois condamné tout clientélisme : « Je serai celui qui exprime l’intérêt général et non pas celui qui navigue entre les intérêts particuliers ».
Ce sur quoi, l’animateur s’est félicité en expliquant que « Les Franco-Turcs ne demandent aucun privilège, mais juste le respect scrupuleux des valeurs de la République française. »

APPEL A FAIRE BATRE REMILLER AUX MUNICIPALES

Concernant le maire sortant Jacques Remiller, le candidat de la gauche Jacques Thoizet a indiqué que malgré ses déclarations de retrait de la vie politique, Jacques Remiller, à la grande surprise de tous, avait annoncé avoir déposé sa candidature pour la municipalité de la petite commune de Jardin.

Dès lors tous les électeurs républicains et notamment l’électorat turcophile de cette commune ont été appelés à faire battre ce candidat qui s’est distingué par ses actions anti-turques et surtout anti-républicaines.

Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2007-2013 | Mentions l�gales |