France : Rumeur sur une nouvelle loi de censure arménienne en 2014 ?

mercredi 18 décembre 2013

Selon le site Arménologie relayant une dépêche Le Monde, le gouvernement Hollande prévoirait, pour 2014, une nouvelle campagne de séduction en direction des organisations arméniennes de France en proposant au vote une nouvelle loi de censure arménienne.

Selon Le Monde, le gouvernement devrait présenter dans les prochains mois un projet de loi pénalisant la contestation de la thèse arménienne de "génocide", conformément à l’engagement pris par François Hollande pendant sa campagne présidentielle auprès des militants nationalistes arméniens de France.

Pour preuve que le projet du gouvernement Hollande entre en contradiction avec les intérêts français, aucune annonce ne devrait être faite à propos de la supposée proposition de loi avant le déplacement du chef de l’Etat en Turquie, prévu fin janvier 2014.

Un projet de loi liberticide, déjà invalidé par le Conseil Constitutionnel en 2012, fermement condamné par un large éventail d’intellectuels et en particuliers les historiens, que le gouvernement français entend réchauffer sans pour autant l’assumer pleinement.

Difficile, pour le gouvernement Hollande, de garder la tête haute lorsque celui-ci entend s’inscrire dans une manœuvre clientéliste en cédant aux sirènes d’officines proches d’Erevan dominées par la Fédération Révolutionnaire Arménienne - FRA Dachnaktsoutioun (parti national-socialiste, branche dure du nationalisme arménien).

Mais, au lendemain de la réception à l’Elysée de la principale entreprise de lobbying arménienne active en France, quel crédit peut-on accorder à cette rumeur ?

Le Monde qui depuis plusieurs années ouvre ses colonnes aux grands noms des groupuscules anti-turcs de France semble plutôt relayer une intox qui entend faire effet d’annonce le jour même où la Cour Européenne des Droits de l’Homme rend un verdict accablant pour le nationalisme arménien et pour les Etats qui décrètent, sans discernement, une histoire officielle dictée par l’Arménie.

Dans un arrêt condamnant la Suisse et concernant, potentiellement, la France, la CEDH a affirmé mardi que la contestation du qualificatif de "génocide" pour les tragiques événements survenus entre Turcs et Arméniens entre 1914 et 1922 ne peut constituer un délit.

La juridiction du Conseil de l’Europe a affirmé qu’une condamnation, prononcée au nom d’une loi supposée réprimer la "négation", constitue une violation du droit à la liberté d’expression.

La Cour est même allée plus loin en affirmant qu’il n’était pas de son ressort de juger si les événements du siècle dernier constituaient un génocide ou pas et qu’elle doute qu’il puisse y avoir un consensus général sur la thèse d’un "génocide" arménien car une vingtaine d’Etats seulement l’ont reconnu en tant que "génocide" sur les 190 que compte la communauté internationale. D’autant plus que ces reconnaissances politiques locales se sont produites dans des pays à forte communauté arménienne au sein de laquelle les organisations nationalistes arméniennes disposent d’officines d’influence très actives.

Il semblerait donc que la rumeur propagée par le journal Le Monde tienne plus de la campagne de communication à destination de la clientèle du nationalisme arménien de France que d’une information fiable.

Quoi qu’il en soit, nul ne doute que c’est dans le respect de toutes les victimes (arméniennes et turques) des tragiques événements de 1914-1922 que la société civile restera vigilante aux ingérences et au déni de mémoire purulent que de l’Etat arménien entend relayer par le biais de ses officines sur le sol de la République française.

Charge au peuple arménien de se libérer des pressions de ses ultra-nationalistes et de conspuer enfin la poignée de fanatiques qui instrumentalise, depuis des décennies, une tragédie humaine pour ses desseins politiques et sa propagande haineuse à l’égard des Turcs.

Lire également :
- Contestation de la thèse de "génocide arménien", la Suisse condamnée par la CEDH
- « La pénalisation de la négation du génocide arménien viole la liberté d’expression », Maître Gilles Devers
- Verdict de la CEDH sur le « génocide » arménien : L’Arménie active ses relais « associatifs »

Liens externes :

  1. La "menace" d’une loi arménocentriste et liberticide toujours brandie par le pouvoir hollandiste
  2. Vaine tentative de "sauver" les relations UE-Arménie : Hollande continue de soutenir à bout de bras le criminel Sarkissian
  3. L’impopularité du multi-communautariste et repentiste Hollande
  4. François Hollande et l’Histoire : les perles d’un cancre
  5. Le très impopulaire François Hollande réitère son soutien aux ingérences communautaires liberticides
  6. François Hollande et René Teulade : l’affaire de la MRFP
  7. François Hollande et le terrorisme kurde
  8. François Hollande insulte les Macédoniens et prend de facto le parti des parasites grecs
  9. Aurélie Filippetti et les effets pervers du "devoir de mémoire"

Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2007-2013 | Mentions l�gales |