Ahmet Ataullah Efendi, un musulman ottoman en Afrique du Sud

Ecrit par SibiryaKurdu, 2013-12-05 16:44:56


Eric Germain, "L’Afrique du Sud dans la politique « panislamique » de l’empire ottoman", Turcica, volume 31, 1999, p. 122-123 :

"A la fin du XIXe siècle, le formidable essor économique de l’Afrique australe entraîna le développement de nouveaux centres urbains où s’établirent des communautés musulmanes qui, à leur tour, sollicitèrent l’Empire ottoman afin de les aider à pratiquer leur religion. Ainsi, les musulmans de Kimberley (capitale de la région diamantifère découverte en 1867) envoyèrent une pétition à Son Excellence Rustem pacha, ambassadeur de la Sublime Porte à Londres, demandant une aide pour la création d’une école coranique. Au début de 1888, l’administration du sultan Abdul Hamid répondit favorablement en nommant l’un des fils d’Abubakr Effendi, Ahmed Effendi diplômé de l’université cairote d’Al-Azhar, professeur de la nouvelle Ecole ottomane de Kimberley avec un traitement de trois cents livres turques par an. Dès 1886, Ahmed Ataullah Effendi jouait déjà un rôle important au sein de la communauté musulmane du Cap, comme l’atteste sa présence parmi les membres fondateurs du Moslem cemetery Board ; son influence culminera avec sa candidature aux élections parlementaires du Cap de 1893. Selon un article paru pendant la campagne électorale, Ahmed Effendi se présenta non seulement comme le représentant légitime de la communauté musulmane du Cap, mais également comme un homme pouvant jouer un rôle de médiateur en Egypte et au Soudan pour contrer l’influence du Mahdi en devenant « The Man who Squared the Mahdi ». Il fut aidé dans sa campagne par son beau-frère, le jeune docteur Abdullah Abdurahman qui commençait là une longue et brillante carrière politique. Ahmed Effendi eût probablement été élu grâce au poids du « vote malais » s’il n’avait commis l’erreur tactique d’annoncer trop tôt sa candidature. Les parlementaires, qui ne supportaient guère la perspective de voir un homme de couleur (musulman de surcroît) siéger à égalité avec des Européens, firent passer au dernier moment une loi électorale très défavorable pour Ahmed Effendi et qui provoqua son échec aux élections. Il rentra alors à Kimberley où il édita le Mohammedan Journal destiné à l’éducation religieuse de la communauté et à la défense du sultan ottoman. En 1901, il fut nommé consul général de l’Empire ottoman à Singapour où il décéda le 11 novembre 1903 dans un accident de la circulation. Ce poste diplomatique n’était pas anodin, car il était demeuré vacant depuis 1865 du fait des pressions exercées par les autorités hollandaises soupçonnant le consul ottoman de Singapour d’encourager l’agitation musulmane dans l’archipel indonésien."

Source : http://immigration-turque.blogspot....

Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2007-2013 | Mentions l�gales |