Guide Turquie : Richesses Naturelles

Ecrit par , 2013-07-04 08:00:00


Richesses Naturelles

La Turquie est une vaste presqu’île qui s’étend sur 814.578 km2 soit 314.510 carré mille et reliant l’Europe à l’Asie de par ses deux détroits, le Bosphore et les Dardanelles, situés sur les deux embouchures de la mer Marmara. Le territoire triangulaire situé au nord de la mer Marmara, la Thrace, constitue la partie européenne de la Turquie. Quant à l’Anatolie, avec ses 1500 km de long et ses 550 km de large, elle a plutôt une forme rectangulaire.

Mont Agri

L’Anatolie est un plateau entouré partiellement par des chaînes de montagnes sur le nord, l’ouest et le sud, et à l’est son relief se dessine par une région montagneuse rugueuse d’une altitude moyenne de 1050 mètres. A l’ouest, les montagnes rejoignent la mer. Les chaînes de montagnes au nord de l’Anatolie et le Taurus se prolongent sous forme d’un arc et se densifient à l’est de la Turquie. Le mont Ararat (5156 m, soit 16946 pieds) sur lequel l’arche de Noé se serait échouée après le déluge, constitue le point culminant de la Turquie.

La Turquie possède un réseau de fleuves assez important qui constitue une source considérable pour la production d’énergie hydro-électrique ainsi que pour l’alimentation du système d’irrigation. Les plus longs fleuves du pays sont le Kızılırmak, le Yeşilırmak et le Sakarya qui prennent leur source en Anatolie centrale et se jettent dans la mer Noire. Quant au Tigre et à l’Euphrate, ils prennent leur source au sud de l’Anatolie orientale et s’acheminent jusqu’en Syrie et en Iran. Parmi les divers fleuves de la Turquie, nous pouvons citer le Méandre et le Gediz qui se jettent dans la mer Egée en passant pas le plateau anatolien ; le Maritsa qui forme une ligne frontalière entre la Turquie et la Grèce et le Seyhan qui se jette dans la Méditerranée après avoir traversé le territoire oriental.

Lac de Van

La Turquie possède 300 lacs naturels et 130 artificiels. Vis-à-vis du nombre de lacs, c’est la région de l’Anatolie orientale qui est la plus riche dont le lac Van, plus grand lac du pays avec sa superficie de 3173km2. Viennent ensuite les lacs Erçek, Çıldır et Hazar. Il se trouve également de nombreux lacs dans la région montagneuse du Taurus de l’ouest : les lacs Beyşehir, Eğridir, Burdur et Acıgöller. Dans la région de Marmara se trouvent les lacs de Sapanca, Iznik, Ulubat, Manyas, Terkos, Küçükçekmece, Büyükçekmece. Quant au deuxième plus grand lac de la Turquie, le lac Tuz (Tuzgölü en turc) et les lacs Akşehir puis Eber, eux se trouvent dans l’Anatolie centrale. En outre, avec la construction des barrages tels que Atatürk, Keban et Karakaya dans les trois dernières décennie, le nombre des lacs s’est relativement accru.

Avec ses nombreux reliefs et sa structure façonnée la Turquie a l’aspect d’une vraisemblable mosaïque : ses chaînes de montagnes parallèles, ses volcans éteints, ses plateaux que viennent briser ses plaines et ses vallées. Étant donné que la Turquie est entourée de mers chaudes de ses trois côtés, un climat tempéré y règne. Par ailleurs, le climat varie de manière considérable d’une région à une autre : alors qu’on rencontre un climat tempéré dans la région de la mer Noire, le littoral du sud et de l’Egée est marqué par le climat méditerranéen ; le climat continental qui domine le plateau central laisse sa place à l’est de la Turquie à un rude climat montagnard. C’est effectivement grâce à cette variation climatique que la Turquie possède une faune et une flore des plus riches de l’Europe et du Moyen-Orient.

La Turquie est divisée en sept régions ; par ordre de grandeur : la région de l’Anatolie orientale (21%), région de l’Anatolie centrale (20%), région de la mer Noire (18%), région méditerranéenne (15%), région égéenne (10%), région de Marmara (8.5%) et région de l’Anatolie du sud-est (7.5%).

Narcisse blanc

Il existe en Turquie près de 10.000 espèces de plantes dont les 20% ne poussent que dans ce pays. Les abondantes précipitations dans la région de la mer Noire favorisent la croissance d’une riche végétation. Quant au Détroit des Dardanelles, étant l’intersection des régions d’Egée et de la mer Noire, il abrite une variété de végétation que l’on rencontre dans le climat méditerranéen tout comme dans le climat tempéré. La Thrace possède des forêts denses grâce à son climat continental venant des Balkans. Les littoraux égéen et méditerranéen, depuis le Détroit des Dardanelles jusqu’au golfe d’Iskenderun, offrent une végétation typiquement méditerranéenne qui s’étend des plaines jusqu’aux crêtes ouest s’élevant à 1000 mètres d’altitude. Comme l’été est chaud et sec sur le littoral du sud, la végétation de cette région présente un aspect subtropical et donne lieu à la culture des bananiers et des palmiers. On rencontre dans le Taurus des forêts de pin et de cèdre avec parfois dans les hauteurs des genévriers. Enclavés des montagnes, l’Anatolie centrale et orientale sont loin de l’influence du climat tempéré. Rares sont les averses dans cette région et les étés y sont chauds et secs, les hivers rudes. Certaines régions sont caractérisées par des steppes ; on y rencontre cependant des forêts de pin, de chêne et de hêtre.
Toute la zone qui entoure le Lac Tuz est quasiment infertile. Même si les averses tombant au sud-est de la Turquie favorisent la croissance des forêts de bouleau, de noyer et de chêne, le climat de l’est de la Turquie est beaucoup plus rude que celui de l’Anatolie centrale.

Avec plus de 114 espèces de mammifères, la Turquie abrite une grande variété d’animaux sauvages. Les forêts situées dans la région nord sont un véritable habitat pour les ours bruns et les chèvres sauvages. Les tortues marines et les phoques vivent dans les eaux des mers Egée et méditerranéenne. Les mulets asiatiques sauvages, les lions et les tigres, comme dans d’autres régions du monde, sont, ici aussi, des espèces menacées d’extinction. On rencontre également en Turquie en moyenne 400 espèces d’oiseaux résidents ou migrateurs dont certains ont totalement disparus en Europe, tel le vautour moine.

La Turquie est, pour la migration des oiseaux, une importante escale entre l’Afrique, l’Asie et l’Europe. Les rapaces s’y attardent avant de continuer leur migration en passant par le détroit d’Istanbul et par Artvin. D’après le Bureau international des oiseaux aquatiques et de leurs zones, la Turquie abrite environ 800 espèces aquatiques rependues dans soixante différentes zones. Le lac de Manyas situé près de Balıkesir qui est un site d’importance majeure pour la migration des oiseaux abrite plus de 200 espèces d’oiseaux aquatiques, résidents comme migrateurs. Ce lac est classé parmi l’un des plus riches de l’Europe. Par ailleurs, les marais de Sultan (Sultan Sazlığı) près de Kayseri logent plus de 250 espèces d’oiseaux, résidents et migrateurs dont vingt sont menacées d’extinction bien que ces oiseaux y viennent pour s’apparier et se reproduire. Sultan Sazlığı serait le seul endroit commun où se reproduiraient ensemble les flamants, les grues, les hérons et les pélicans. Les marais salés situés près d’Izmir sont sous protection et constituent un musée naturel avec environ 190 espèces d’oiseaux qui vivent dans les lacs, les collines et les marais de cette région. Les collines abritent également des lapins, des renards et même des sangliers. Quant à la plage d’Iztuzu près de Dalyan, elle accueille les pontes des tortues marines.

 < Turquie, le guide de voyage : Introduction SOMMAIRE Turquie : Carrefour des civilisations > 



en relation
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2007-2013 | Mentions l�gales |