Le come-back de la violence arménienne en France par la grande porte

Ecrit par TN-pige, 2013-02-27 06:46:37


Réponse à l’incitation à la haine des nationalistes arméniens

Mardi soir, lors d’une réunion de propagande organisée dans l’enceinte de l’Assemblé nationale par le parti extremiste FRA Dachnaktsoutioun, l’Ambassade d’Arménie et la "représentation du Haut-Karabagh" (qui dépend de l’Ambassade d’Arménie et représente l’occupant arménien au Karabagh) deux Français d’origine azérie, dont une femme, ont été agressés par un groupe de 40 militant nationalistes arméniens.

Cette agression n’est pas sans rappeler les assassinats racistes commis par l’ASALA dans les rues de Paris dans les années 1980. Elle est d’autant plus porteuse de symbole qu’elle se produit dans l’enceinte de l’Assemblée Nationale, qu’elle est commise par des militant nationalistes arméniens et que parmi les victimes se trouve une réfugiée de l’invasion de l’Azerbaïdjan par l’Arménie. S’agissait-il de finir le sanglant travail anti-azéri commencé par l’Etat arménien dans le Caucase il y a plus de 20 ans ?

Quoi qu’il en soit, dès les premières heures de la matinée la machine de propagande et de désinformation arménienne s’est mise en marche et le principal site ultra-nationaliste arménien de France s’en donne à cœur joie.

Une première page affiche les identités et les photos des victimes. Une page internet qui ressemble, à s’y méprendre, à un avis de recherche.

Un second parle de "Provocation et de bagarre" affublée d’une photo (retouchée) de la victime pendant son agression. La photo est habilement tronquée à l’endroit où l’on verrait le visage de son agresseur. Par ailleurs oser parler de "provocation" lorsqu’on organise une réunion clairement nationaliste qui entend, en sur médiatisant quelques victimes arméniennes, justifier et occulter les massacres de masse, les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre commis par l’armée arménienne dans les territoires azéris occupés tient d’une mauvaise foi sans commune mesure. Le même article parle de "bagarre". Une bagarre, cela se fait à deux. Lorsque 40 fascistes se jettent sur un homme et une femme, cela s’appelle un lynchage.

Les motivations haineuses et ultra-nationalistes de cette réunion de propagande à l’Assemblée Nationale sont d’autant plus flagrantes qu’elle est organisée par le parti extrémiste Dashnagtousioun dont le drapeau arborait les chars d’assaut arméniens entrant en Azerbaïdjan lors de l’invasion du Haut-Karabagh.

Un troisième article, sans doute le meilleur de tous, est un "éditorial" intitulé "Une provocation qui en dit long".

Cet éditorial est signé par Ara Toranian, figure du terrorisme arménien en France (ancien porte-parole de l’ASALA) recyclé dans l’associatif et accessoirement porte-voix (et non porte-parole, nuance) de la FRA Dachnaktsoutioun (parti national-socialiste arménien, extrémiste et homophobe).
Qui d’autre que M. Toranian pourrait bien nous parler de cette agression motivée par la haine que thuriféraire de l’Etat arménien nourrissent à l’égard des Azerbaïdjanais, lui qui justifie et assume pleinement la "lutte armée" dans laquelle il a été impliqué, cette lutte armée qui consistait à assassiner des Turcs dans les rues. De quoi faire des heures et des heures de reportage sur "Chasse et Pêche".

Dans cet "éditorial", Ara Toranian tente pathétiquement d’expliquer à qui veut bien l’entendre que les Arméniens sont les gentils quoi qu’il arrive et que le reste du monde, particulièrement les Azerbaïdjanais sont les méchants en toutes circonstance. Inversant le rôle du bourreau et de la victime, M. Toranian nous sert un pur produit des succursales francophones de l’industrie de désinformation arménienne. Car il faut bien l’admettre, cette agression raciste dans l’enceinte de l’Assemblée Nationale, aussi caractéristique et laconique soit-elle, est d’un genre plutôt rare. Les agents arméniens soignent leur image afin de séduire le public français et se parent de leurs plus beaux habits. De la poudre aux yeux qui malheureusement baladent certains, y compris des Députés, des Sénateurs ou des journalistes.

Dans tous les cas, cette affaire est révélatrice de la mentalité qui régit l’ultranationalisme arménien et motive ses défenseurs. Mais elle montre surtout que la propagande des officines arméniennes sur le sol de la République française vise à faire déborder un conflit au delà de ses frontières, tout comme l’Arménie aime déborder, occuper, piller et "purifier" les territoires des peuples voisins.

Il est regrettable que des officines qui travaillent en service commandé pour le compte de l’Ambassade d’Arménie et d’un parti étranger se sentent libres d’afficher une telle arrogance dans l’enceinte même de la représentation nationale. Après avoir envahi et occupé un pays voisin, ces lobbyistes qui défendent les intérêts de l’Etat arménien se considèrent en territoire conquis dans les bâtiments de la République française. Mais aussi regrettable que soit cette agression raciste, elle n’a rien d’étonnant. Elle est dans la droite lignée de la politique de haine savamment entretenue par l’extrême droite arménienne de France et elle s’exprime par la tenue de manifestations niant, minimisant ou justifiant les crimes de leur Etat contre les peuples voisins, par la promotion de criminels de guerre qui se sont rendus coupable d’actes de barbarie, en idolâtrant des terroristes ou encore en banalisant des nazis patentés (Nejdeh, Dro) et en les érigeant au rang de héros national en Arménie. Le tout sur fond de haine raciale.

La propagande incessante de cette machine de guerre qui ne connaît jamais la crise, vise à instaurer dans le peuple arménien un sentiment de haine contre tout élément non arménien ou qui ne travaille pas pour les intérêts de l’Arménie. Cet extrémisme qui avançait masquée jusque là, se dévoile au grand jour à la première opposition qu’elle trouve. Car le véritable terreau qui a permis à cette haine latente de s’installer en France a été l’impunité dont ses idéologues ont bénéficié.

La haine est un fonds de commerce pour les dirigeants nationalistes arméniens. Les militants arméniens qui se ruent sur des franco-azéris, y compris des femmes, pour les tabasser sont les dindons de cette farce. Mais ne leur trouvons pas d’excuse ! Ce serait au mieux une explication à cette psychologie déviante.

L’incident qui s’est déroulé hier est extrêmement grave. Elle démontre l’impunité et il est grand temps que nos représentants politiques et notre gouvernement prennent leurs responsabilités et traitent les officines étrangères, ultranationalistes, comme il se doit. Il est grand temps de rappeler la FRA Dachnaktsoutioun et ses ramifications sur les bancs de l’école de la vie, de la civilisation et de la démocratie et, tel un cancre, de l’envoyer au coin lorsque la situation le nécessite.

Aucun Français, quelque soit ses origine, ne peut tolérer cette propagande raciste, cette idéologie complice de crimes sur le sol national. Il ne tient qu’aux véritables démocrates de hausser le ton contre cette dérive et ces manipulations. Il est temps que l’opinion publique ouvre les yeux, que ceux parmi les élus qui ont été trop lâches pour condamner à ces dérives jusqu’ici sortent de leur léthargie et que la presse fasse son travail sans se laisser séduire par de quelconques menaces. Que la France toute entière voie enfin la menace que représentent les ultranationalistes arméniens pour la paix, l’ordre public ; que l’on réalise enfin que leurs valeurs sont incompatibles avec celles de la République et qu’ils ne respectent pas plus les vivants qu’ils ne respectent les morts.

Turquie News


Lire également :
- Le come-back de la violence arménienne en France par la grande porte
- ASSEMBLEE NATIONALE : AGRESSION DE DEUX FRANCO-AZERBAIDJANAIS PAR 40 MILITANTS ARMENIENS
- Les Sénateurs et Députés condamnent l’agression de deux franco-azéris par des nationalistes arméniens dans les locaux de l’Assemblée Nationale
- Le Groupe d’amitié France-Azerbaïdjan de l’Assemblée Nationale condamne l’agression de deux franco-azéris par des nationalistes arméniens
- CIViC condamne l’inacceptable agression anti-azérie dans les locaux de l’Assemblée Nationale
- Agression anti-azérie à l’Assemblée Nationale : Communiqué de presse de l’Ambassade de la République Azerbaïdjanaise en France
- SCANDALE : Les nationalistes arméniens déposent plainte contre les victimes de l’agression anti-azérie à l’Assemblée Nationale
- Agression anti-azérie à l’AN : Manif nationaliste arménienne annulée
- Valérie Boyer justifie l’agression raciste à l’Assemblée Nationale

Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2007-2013 | Mentions l�gales |